Planche d'essai de compactage


En terrassements, la probabilité de se trouver idéalement dans un cas de matériaux de granularité limitée, et très homogène, n'est pas élevée. Or, la fiabilité des contrôles du résultat par masse volumique apparente sèche, que l'on appellera densité par simplification dans la suite du texte, n'est plus satisfaisante lorsqu'on s'éloigne de ces cas idéaux.
Pour donner aux maîtres d'œuvre comme aux entreprises les moyens d'atteindre les objectifs de densification, la démarche retenue en France a consisté à proposer des tableaux de compactage qui précisent les moyens et l'énergie à appliquer pour chaque cas. Ces tableaux sont intégrés dans les guides techniques.
Du fait des recherches expérimentales comportant un grand nombre de planches d'essais de compactage réalisées au CETE Normandie centre, complétées par des investigations sur chantiers, la question ne doit plus se poser dans les cas courants de refaire des planches d'essais en chantier : il est considéré que la vérification de l'application conforme des indications des tableaux de compactage, lorsque ceux-ci sont spécifiés au marché, apporte une garantie suffisante de l'obtention de la qualité de compactage.
Il reste cependant des cas spécifiques où une ou des planches de compactage sont nécessaires pour la réalisation et (ou) le contrôle du compactage sur un chantier donné.
Le guide technique Réalisation des remblais et des couches de forme [1] (GTR) indique que lorsqu'elles sont envisagées, les planches d'essais doivent faire l'objet d'un véritable plan d'expérience identifiant parfaitement l'objectif visé et définissant les modalités étudiées en terme de sol (nature, état), épaisseur, matériel (classe et paramètres de fonctionnement), plan de balayage, critères de qualité et moyens de mesures utilisés.

Téléchargement : http://bit.ly/2NbRAUD
TAG